Cédric ATANGANA : le gars dit NON à Toyota pour créer sa propre entreprise.

featured Stories 25 octobre 2018

author:

Cédric ATANGANA : le gars dit NON à Toyota pour créer sa propre entreprise.

En cinquième année d’école d’ingénieur à Polytech Marseille, alors que ses camarades s’orientent vers les recherches de stages (ce qui est normal pour leur cursus), Cédric ATANGANA reçoit une proposition de stage de 6 mois à la maison mère de Toyota Europe à Bruxelles en Belgique. Son entourage est très étonné de ce qu’il ait eu assez de courage pour postuler dans cette entreprise considérée comme la référence en matière de production et génie industriel. A la surprise générale, il dit non à ce prestigieux stage pour se lancer dans l’inconnu : INFINITY SPACE. Bien que le projet ait remporté plusieurs prix, notamment le meilleur prix start up au Google I/O pitch night à la Silicon Valley, il n’en demeure pas moins un projet jusqu’à lors non matérialisé sur le plan pratique.  Zoom sur le brillant parcours de ce prodige Camerounais.

Un parcours académique atypique

Elève au lycée d’Emana à Yaoundé, Cédric ATANGANA rêve de devenir ingénieur informatique chez Microsoft. Au fil des années, son rêve s’est éclairé et recadré. À la Faculté de Génie industriel (FGI) de Douala, qu’il intègre en 2009, il étudie les deux premières années  en tronc commun les mathématiques, les sciences physiques et l’informatique. Pendant ce temps il rencontre Google (qui est plus grand que Microsoft…) et crée la première communauté de développeurs Google active au Cameroun. Il pilote l’Africa Android Challenge, soutenu par Google à l’échelle continentale. Il réussi le concours d’entrée a Polytech Marseille en 2011 et entre en 3ème année cycle d’ingénieur en spécialité Génie Industriel et Informatique. Il est diplômé 4 années plus tard avec à la clé le premier prix « esprit d’entreprendre » grâce à INFINITY SPACE.

Premier faux pas

Fortement marqué par le système de paiement numérique qui prend de l’ampleur  au Kenya (M-PESA), il décide de faire pareil sur l’ensemble du continent (Alumni-polytech-marseille.fr). Seul difficulté à laquelle il n’a pas pensé au préalable : son ignorance des réalités de l’entrepreneuriat et son manque d’expérience pour piloter une activité à but lucratif. Il se met à apprendre, à s’informer et à se former. Avec un groupe d’amis notamment Annicelle Reine KunGNE, Kenneth KINYANJUI, Marcelle BEKONO, etc.  Il démarre son entreprise avec le projet WE SHOP UP. Une market place d’achats participatifs qui permet de faire des achats en ligne en groupe. Ce projet a dû faire face à deux problèmes majeurs. La livraison et la récupération des paiements en ligne dans un continent où 80% de personnes n’ont pas de cartes bancaires. Pour surmonter cette difficulté, la jeune équipe novice dans l’entrepreneuriat a du redoubler d’effort et se plier à des échecs et refus à n’en plus finir. Cédric sort grandi de cette épreuve et surtout avec un nouveau projet mieux pensé et paré a toute éventualité : WE CASH UP.

Une entreprise sans concurrent

WE CASH UP est une passerelle de paiement mobile panafricaine. Elle a vocation à intégrer presque toutes les solutions de paiement par mobile money sur le continent africain. Elle offre également une interface unique aux applications et sites marchands pour leur intégration totale. Tandis que les autres passerelles de paiement africaines restent limitées à une zone géographique (Afrique de l’est, Afrique centrale, Afrique de l’ouest, etc.). WE CASH UP a vocation à couvrir les 54 pays d’Afrique d’ici l’année prochaine. Elle est constituée d’une intelligence artificielle financière ayant pour objectif la lecture des marchés financiers en temps réel. Elle traite les paiements en toutes les devises et langues africaines, tous les formats de données structurées et non structurées. Elle utilise la technologie « Blockchain » pour sécuriser au maximum ses transactions financières à l’échelle mondiale. WE CASH UP a pour objectif de capter 60% du marché du e-commerce africain évalué à plus de 80 milliards de Dollars d’ici 2025.

Le Président Directeur Général et cofondateur d’INFINITY SPACE S.AS, Co porteur du projet WE CASH UP, continu de se perfectionner avec deux MBA en cours. L’un en Management, entrepreneuriat et innovation à l’Université de Stanford et l’autre en Finance Internationale à l’INSEAD de Londres. INFINITY SPACE a su maitriser les paramètres de réglementation bancaires ( atout qui lui manquait lors du « Africa Entrepreneurship Award ») de toutes les zones financières africaines CEMAC, BCEAO, Kenya, Nigeria, et envisage d’être la plaque tournante de l’économie numérique du continent  dans les 5 prochaines années.

Edwige Suzanne BIAS

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *