Etes-vous prêt à créer une entreprise? par Dr Claudel NOUBISSI

Coaching 25 octobre 2018

author:

Etes-vous prêt à créer une entreprise? par Dr Claudel NOUBISSI

Tech-entrepreneur, médecin de formation, promoteur de plusieurs Start-up.

 

D.M: Comment monter un projet d’entreprise, quelles sont les stratégies pour y parvenir?

 

C.Noubissi:  Une entreprise est une entité économique qui exploite et optimise ce qu’on appelle un Business Modèle.

En terme plus simple, une structure qui sait déjà précisément le mécanisme par lequel elle gagnera de l’argent, puisque des gens l’ont déjà fait, rédigés et théorisés et elle se contente juste de répliquer ce que d’autres ont déjà fait. Tandis qu’une Start-up est une entité économique qui recherche un Business Modèle afin de l’exploiter après l’avoir trouvé.  Justement, il existe une différence fondamentale entre une start-up et une entreprise car, que l’on soit dans l’un ou dans l’autre, le financement est très minime voir insignifiant et le Business plan inutile (start-up), tandis que dans l’autre, un financement s’avère nécessaire (Entreprise), bien qu’il est possible de palier ces insuffisances.

Donc pour monter un projet d’entreprise, il faudrait déjà savoir s’il s’agit réellement d’une entreprise qu’on souhaite lancer ou d’une Start-up, car en fonction de l’un ou de l’autre, les stratégies à mettre sur pied sont radicalement différentes.

 

D.M: Quelle est donc la démarche à suivre pour mettre sur pied une entreprise ?

 

C.NOUBISSI: La démarche à suivre est encore différente lorsqu’il s’agit d’une entreprise (ou il suffit juste de s’inspirer de ce que les autres ont déjà fait) ce qui nécessite un profond travail d’espionnage!

Il faut donc respecter, lorsqu’on souhaite démarrer son projet d’entreprise, 7 étapes indispensables.

-Value proposition (problème que vous souhaitez résoudre).

-customer segment (niche, population cible).

-Chanel (communication, direct et indirect).

-customer relationship (fidélisation).

-Key activities (travail spécifique de chacun).

-Key ressources (humain, financière, etc.).

-Key partners (concurents ou partenaires).

 

D.M: Après toutes ces étapes, comment reconnaître que son entreprise est sur les rails, en d’autres termes, quels sont les critères d’une bonne entreprise ?

 

C.NOUBISSI Les critères d’une bonne entreprise c’est sa capacité à pouvoir se réinventer au quotidien. L’entrepreneuriat est une architecture dynamique qui change de façon permanente avec le temps en fonction des nouveaux acteurs en présence ou en fonction de l’évolution des mentalités et, une entreprise doit pouvoir comprendre cela, mettre sur pied une cellule de veille et d’espionnage et surtout, exceller dans ce qu’on appelle le Customer Relationship à savoir, la fidélisation de sa clientèle car, c’est cela qui permet de faire pérenniser une boite ceci en adoptant des stratégies qui permettent de mettre le client dans une situation hyper privilégier qui le pousse à toujours revenir. Maintenant, on pourrait parler aussi de la qualité des ressources humaines et surtout la vision et la détermination du fondateur qui sont aussi des valeurs essentielles.

 

D.M: Pour vous le nombre de diplôme importe peu, c’est la compétence pratique qui est importante. Quelle orientation preconisez vous aux jeunes qui rêvent être entrepreneur et quel conseil pouvez vous leur adresser?

C.NOUBISSI :  Pour moi, la connaissance est fondamentale!! Maintenant, dans notre contexte, les gens vont à l’école chercher des diplômse au lieu de chercher la connaissance et au final ils sortent diplômés sans compétence, ce que j’aime appeler la diplômate (infection causée par une abondance de diplôme sans consistance intellectuelle). Le diplôme c’est très bien mais, c’est juste un papier. Si ce papier est concordant avec la compétence qu’on a acquise, alors il devient extrêmement important car, pour bâtir un pays comme le nôtre, nous avons besoin des personnes compétentes et non juste diplômés!

Une aberration par exemple: 80% des cure-dents utilisés au Cameroun sont importés, est-ce normal dans un pays avec autant de diplômé?!  S’agissant de l’orientation pour les jeunes « futur entrepreneur », je leur dirais qu’ils doivent se préparer à la lutte!! Pour devenir un boxeur professionnel, cela demande l’alliage subtile de nombreuses compétences athlétiques ce qui revient à : avoir des coups puissants, être capable d’encaisser les coups, supporter la durée des rounds, et bien sûr avoir une bonne technique de combat. Plus vous recevrez des coups (comme ce sera le cas lorsque vous allez entreprendre), plus vous saurez comment les esquiver, comment les supporter et surtout comment répliquer de façons suffisamment efficace et cela demande d’avoir un mental optimal. Si vous compter tendre la deuxième joue comme la Nazaréen, il serait préférable pour vous de rédiger votre CV, l’entrepreneuriat n’est pas fait pour vous!

Enfin, je leur conseillerais de faire ce qu’ils aiment ceci en identifiant son talent intrinsèque puis, en optimisant ce talent pour le rendre compatible avec son projet entrepreneurial car, comme je l’ai di au début, personne n’est excellent dans un domaine qu’il n’aime pas et l’entrepreneuriat c’est le domaine par commodité de l’excellence.

 

Propos recueillis par Claudia Nguétsa.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *