Il gagne de l’argent en valorisant un continent dans lequel il n’est pas né

Stories 25 octobre 2018

author:

Il gagne de l’argent en valorisant un continent dans lequel il n’est pas né

La marque de vêtements et accessoires MANDEO est découverte par le grand public sur CNN, précurseur d’une mode qui envahi désormais l’Afrique entière. Ces vêtements confectionnés avec du tissus cent pourcent camerounais conquièrent le monde. Derrière ce grand succès se cache un jeune entrepreneur plutôt discret : Paul William PONDI.

 

Comme tous les entrepreneurs il ne réussit pas du premier coup

Ainé d’une famille de 3 enfants dont 1 frère et une petite sœur, William PONDI est né à Washington DC le 20 Octobre 1991. Après ses études primaires et secondaires effectués au Cameroun, son gout pour l’histoire de l’Afrique se fait ressentir. Issu d’une famille plutôt aisée, il a la chance de visiter plusieurs pays du monde et côtoyer des personnes d’origine diverse ce qui lui permet de comprendre les enjeux communautaires. Passionné par l’histoire des peuples d’Afrique, il est fier de ses origines et songe à une manière de matérialiser cet amour pour ce continent auquel il appartient sans y être né. Il jette son dévolu sur le cinéma son rêve d’enfant. En 2012 il ouvre deux salles de cinéma à Yaoundé mais elles sont obligées de fermer après deux années d’existence le succès n’étant pas au rendez vous.

Il n’abandonne pas pour autant et se lance en 2013 dans un autre projet dénommé « Yaoundé Clothing ». Yaoundé Clothing est une marque de vêtement qui confectionne des T-shirt portant l’inscription j’aime Yaoundé. Le projet connait un succès mitigé du  au manque d’expérience de son fondateur. Il se remet en question, change de nom, de politique  et de stratégies marketing notamment au niveau du prix parce que la marque était très élitiste.

 

 

 

La marche vers le succès

3 années plus tard en 2016, MANDEO voit le jour à Yaoundé, une version revue et corrigée de Yaoundé Clothing.  Le nom MANDEO vient de deux termes. « Mandeleo » en Swahili (une langue de l’union africaine, une langue panafricaine) signifie développement ou progrès. Le deuxième constituant est « la charte du Mandi rédigée 1236 par Soundjata Keita qui résume mots pour mots la charte des droits de l’homme qu’on connait aujourd’hui ». Une façon pour William de valoriser une histoire très peu connu du grand public. Dès l’ouverture du premier magasin  MANDEO les commandes se comptent par centaines. Ce succès s’explique par les grands changements opérés au sein de la structure. Plus de personnel, une production d’éditions limitées chaque semaine, sur commande, personnalisable, avec les possibilités d’être confectionné sur mesure et la livraison gratuite. Le plus important pour lui n’étant pas seulement de vendre mais de fournir un produit de qualité et accessible par tous. Tous ces efforts ont conduit à un succès international puisque aujourd’hui les commandes sont estimées à des milliers et elles viennent du monde entier. Même si pour Paul PONDI «La réussite est  un état perpétuel».

MANDEO Clothing

Humble artisan de paix

Etudiant en Master II Relations internationales et résolutions des conflits, William PONDI, 26 ans refuse d’accorder son succès à ses origines familiales mais à ses efforts et ceux de son frère Olivier PONDI bien entendu. Ils sont tous les deux propriétaires de MANDEO. Titulaire d’un master I en marketing et consultant pour des ONG, ce grand humaniste, protecteur de l’Afrique et pacifiste est polyvalent. et n’hésite pas à pousser ses frères camerounais à faire comme lui parce que « On ne choisi pas où nait mais on choisi qui on devient » répond il lorsqu’on lui demande s’il n’a pas bénéficié des avantages liées à son statut de « fils de », il continu en disant « « J’ai un nom de famille assez connu dans ce pays, ce n’est pas une honte… j’ai été aidé par mon grand père, ensuite par mes parents,  mais ce n’était pas grand-chose faut pas se mentir, ce qu’on (mon frère et moi) a réussi à faire avec cette marque dénote de beaucoup d’effort et d’abnégation »

Le prochain challenge de MANDEO est de mieux se faire connaitre d’abord sur le continent africain ensuite en Europe. Le monde devrait être informé de ce qu’il existe en Afrique au Cameroun tout particulièrement une diversité culturelle, une fraternité africaine et une évolution des peuples visible au travers de l’art et de la culture. A la jeunesse africaine il donne ce conseil : « La vie est une course de fond où toutes les places sont occupées seulement tout le monde peut finir à la première place à force de persévérance ».

 

 Edwige Suzanne BIAS

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *